7 choses que votre patron doit savoir à propos de l’UX

Juin 02, 2015
UX-REPUBLIC

Donner à votre client, vos utilisateurs, ou votre patron une meilleure idée de ce que l’UX implique et nécessite peut rendre votre projet plus fructueux.

Travaillant dans le domaine de l’expérience utilisateur depuis loooooongtemps, j’ai eu de nombreuses conversations avec différents cadres. La plupart du temps, ces cadres savaient comment épeler « UX », mais ils ne savaient pas grand-chose à ce sujet. Il y a beaucoup de fausses idées qui ont besoin d’être corrigées, et même si c’est parfois frustrant, j’apprécie d’avoir l’opportunité de sensibiliser ces décideurs clés à cette discipline, et à son fonctionnement.

Voici sept sujets de conversation qui ont surgi en discutant avec des managers UX. Tous valent la peine d’être soulignés à votre patron – surtout si vous êtes un consultant UX et que votre patron est votre client :

1 – L’UX est Répétitive

« Qu’est-ce qui prend si longtemps ? » m’a demandé une fois un directeur financier impatient. Il s’attendait à ce que la conception de l’application que mon équipe était en train de créer soit faite selon l’approche “first time right – tout bon du premier coup” ; l’idée que nous ayons des cycles de récurrence le déconcertait. J‘ai dû lui expliquer que le processus que nous suivons est répétitif, et que nous devons affiner le projet jusqu’à ce que le niveau de qualité adéquat soit atteint. Il a résisté à l’idée, mais les résultats l’ont convaincu que cette répétition produit des résultats.

2 – La Recherche sur l’Utilisateur est Vitale

« Nous avons déjà discuté avec nos utilisateurs, pourquoi voulez-vous les rencontrer ? » s’est étonné un chef de projet à cette demande. Nous avons dû lui expliquer qu’un projet UX valable nécessite une compréhension totale de ce que les gens pensent et ressentent à propos de celui-ci, et que nous ne pouvons donc pas simplement utiliser une étude de marché. Avoir des conversations en tête-à-tête avec les clients nous permet de construire des personnages (personas). Ces personnages (personas) représentent ce que nous apprenons sur les utilisateurs, et nous donnent des « lignes directrices » qui nous permettent d’aligner notre projet avec l’attente des utilisateurs. Le chef de projet a finalement accepté les résultats, à contrecœur.

3- Il n’y a pas « Processus UX » Standard

Certains managers sont très focalisés sur les processus, et veulent voir un processus UX de type « 6 Sigma », approuvé par un comité d’experts UX. Or, alors que l’UX est une discipline mature qui possède de nombreux processus définis différents, elle reste très flexible. Plus qu’un processus formalisé, l’UX regroupe une série de tactiques et approches. De nombreuses équipes de conception et de conseil ont formalisé le processus qu’ils utilisent, mais il n’existe pas d’unique processus UX utilisé par tous. Ce qui à mon avis est une bonne chose. Cela nous permet de résoudre des problèmes spécifiques rencontrés par des entreprises et utilisateurs grâce à un ensemble d’outils flexibles, nous permettant d’utiliser le bon outil pour le bon problème.

4- L’UX n’est pas L’UI

Plus précisément, l’UX n’est pas simplement l’interface utilisateur. De nombreux dirigeants que j’ai rencontrés pensent que l’UX consiste uniquement en la conception des écrans. Ce n’est pas vrai. Et en réalité, alors que nous nous dirigeons de plus en plus vers un monde des objets connectés, la conception de l’expérience utilisateur va être moins centrée sur les écrans, et beaucoup plus sur la façon dont les différents systèmes et processus interagissent les uns avec les autres. Des spécialités UX en plein essor, comme la conception des services et la stratégie de contenu (plus centrés sur le processus et la conception de contenu que sur la création UI), ouvrent la voie.
Même si vous concevez une application ou un site web, il y a bien plus à faire que de simplement concevoir et documenter les écrans. La recherche sur l’utilisateur, les scénarios, les story-boards, et bien sûr, les tests d’utilisabilité sont tout aussi importants.

5 – Les Tests d’utilisabilité sont Extrêmement Importants

« Vous êtes des experts, pourquoi avez-vous besoin de tester les projets que vous nous apportez ? » Telle était la question qu’un intervenant m’a posée alors que nous planifiions notre travail.

Ma réponse fut la suivante : « Même si vous avez confiance dans le projet que vous avez créé, vous n’êtes pas l’utilisateur. Vous pouvez appliquer les meilleures pratiques, utiliser les bons modèles de conception, et faire toutes les recherches nécessaires, vous ne saurez pas comment les gens réagiront au design créé jusqu’à ce que vous le testiez.
La meilleure façon de savoir si vous avez le bon design est de laisser l’utilisateur s’en servir, puis de le laisser vous raconter comment cela fonctionne, sans instruction préalable ni démonstration. Si l’utilisateur aime le produit, alors vous savez que vous avez le bon design. »

Et cette réponse l’a convaincu, parce que c’est la vérité.

6 – L’ergonomie n’est pas l’UX (non plus)

« Vous êtes les experts de l’ergonomie, dites nous ce que l’on doit faire. » Je pense parfois que je devrais monter un cabinet de conseil appelé « Les experts de l’ergonomie » au vu du nombre de fois où j’entends ce commentaire. L’ergonomie n’est pas l’UX ; c’est important, mais le domaine de l’UX est beaucoup plus vaste. Aujourd’hui, parce que les attentes des utilisateurs sont plus grandes depuis qu’ils ont la possibilité d’utiliser des applications plus ergonomiques et plus faciles à manier, l’ergonomie est devenue « l’enjeu majeur », que toutes les solutions UX doivent offrir.

7 – Les Licornes UX sont rares

« Pourquoi avons-nous besoin d’un lead, d’un designer et d’un graphiste ? Ne pouvons-nous pas tout simplement embaucher une seule personne qui ferrait tout cela ? » Un dirigeant m’a posé cette question un jour en regardant une offre d’emploi créée pour mon équipe. Je lui ai répondu que ce qu’il recherchait était une Licorne UX, une race exceptionnelle de praticien, rarement trouvée dans la nature.

L’UX est un vaste domaine, qui englobe de nombreuses disciplines différentes. Même si comme le célèbre Robert Heinlein, je crois que la « spécialisation est pour les insectes », il est incroyablement difficile de devenir compétent à tous les niveaux de l’UX. Et parfois, la spécialisation est utile et nécessaire.

Conclusion

Voilà, les sept choses que vos patrons devraient connaître de notre discipline. Avec un peu de chance, vous pourrez utiliser ces points pour initier vos supérieurs à l’UX et mieux gérer votre relation hiérarchique.

 

Traduction de l’Article original de Joseph Dickerson par UX-Republic

 

UX-REPUBLIC est une agence spécialisée en conception centrée utilisateur. Nous sommes également centre de formation agréé. Retrouvez toutes nos formations en UX-DESIGN sur notre site training.ux-republic.com